Minotaures

«

iTunes

«

«

 
 

Minotaures, c’est une idée restée longtemps en gestation dans le cerveau de l’auteur-compositeur-interprète indie/folk et multi-instrumentiste Hugo Bourcier avant de se concrétiser en ondes sonores au printemps 2016.

Cette idée fixe, on peut sans doute en retracer les premiers balbutiements quelque part au début des an-nées 2000, dans les rues d’une banlieue au nord de Montréal : impulsion abstraite née d’un après-midi de skateboarding estival agrémenté d’une écoute (trop) intensive des albums …And out come the wolves de Rancid ou Something to write home about des Get Up Kids.

À moins que les quelques minutes de powerchords frénétiques et de feedback qui constituent le premier EP du projet ne s’ancrent dans un sentiment plus récent — prétextes à sublimer la colère approximative et hypermoderne d’un mi-vingtenaire désabusé, colère que l’habituelle guitare acoustique peinait cette fois-ci à canaliser.

Ou peut-être, simplement, ne faut-il voir dans l’exercice qu’un désir de s’amuser sans (pour une fois) trop se casser la tête, tout en rendant un hommage senti aux vieilles rengaines lo-fi, pop-punk et emocore qui, outrepassant la décadence de leur support physique au laser, continuent de tourner, comme imperméables aux courants contemporains, dans le Ipod du principal intéressé.

Peu importe : Minotaures, c’est bruyant, ça va vite, c’est croche et c’est catchy. C’est probablement tout ce qui compte.

Minotaures